16. juin, 2020

Face à l’hégémonie des écrans, le besoin de contacts humains revient au premier plan

La crise sanitaire (et les mesures gouvernementales) nous ont incités à développer les formations 100% à distance. Nous nous réjouissons du développement du distanciel qui permet la récurrence et la répétition nécessaire à un apprentissage en profondeur.

Cependant nous restons convaincus professionnellement et humainement des vertus du présentiel.

Certains apprentissages passent mal en visio, notamment l’acquisition d’une nouvelle posture ou de nouveaux savoir-être. C’est aussi le cas de tous les savoir-faire et compétences relationnelles pour lesquels un entrainement en condition réel est incontournable. Enfin, pour de profondes remises en question et des sujets délicats, une présence soutenante, une analyse fine du non-verbal sont des conditions indispensables de réussite.

Choisir le 100% distanciel c’est aussi faire fi de la durée nécessaire à la création de la confiance entre l’apprenant et le formateur (sans oublier les apprenants entre eux !). C’est ignorer ce qui se passe en aparté, lors des échanges informels qu’offrent les pauses et déjeuners par exemple.

L’être humain est un animal social. Il a vitalement besoin de relation pour s’épanouir et même simplement pour survivre. Selon une étude du Touch Research Institute de l’Université de Miami, il existe un phénomène neurologie appelé skin hunger (faim de la peau) qui explique le besoin biologique du contact humain. Sans contact, les humains se détériorent physiquement et émotionnellement. Nous apprenons par imitation (neurones miroir), nous structurons notre pensée par interaction avec nos semblables et sommes plus créatifs ensemble que seul.

Notre survie a été assurée, dans l'histoire de l'Homme, par notre capacité à nous fédérer, à nouer des liens et des solidarités. Notre avenir commun dépend toujours de cette capacité que nous devons entretenir.

C’est une chance d’avoir redécouvert ensemble les atouts de formations courtes, récurrentes et sans frais de déplacements ! Notre défi pour l’avenir : concevoir et faire vivre des formats pédagogiques mixtes (#blended learning) : temps courts et temps longs, « one-shot » et « laissant le temps au temps », « grégaire » et solitaire, privilégiant le contenu autant que l’humain !